Les 3 grandes règles à suivre pour réduire son impôt, selon Franck Ladrière

Vous payez de l’impôt sur le revenu et cherchez à optimiser votre fiscalité. Il y a une foule de solutions sur le marché. Mais, votre choix, sera d’autant plus pertinent si vous avez préalablement suivi ces 3 règles simples avant toute décision.

1. Se poser la bonne question : qu’est-ce que je recherche ?

En se posant cette question préalable, on obtient déjà une partie de la réponse : est-ce que je recherche une solution pour réduire exclusivement l’impact financier de ma fiscalité ? Ou est-ce que je recherche une opportunité d’investissement tout en bénéficiant d’avantages fiscaux ? Vous comprendrez facilement que la démarche n’est pas tout à fait la même.

Aujourd’hui, l’optimisation fiscale n’est plus un mot tabou. Avec les nouvelles opportunités, les solutions disponibles et la digitalisation croissante du secteur, elle devient même à la portée d’une plus grande partie des contribuables, en particulier ceux qui paient un impôt sur le revenu supérieur à 5 000 € (pour mémoire, un célibataire qui gagne 3 000 € nets par mois est déjà concerné !).

Les dispositifs de défiscalisation répondent à plusieurs objectifs. Pour l’essentiel, ils permettent d’obtenir une réduction d’impôt en échange de la réalisation d’un investissement pour se constituer un patrimoine immobilier ou financier. Le montant de cet investissement est toujours supérieur au montant de la réduction d’impôt obtenue. Aussi, il faut surtout s’intéresser au sous-jacent avec toutes les règles prudentielles qui s’imposent avant de prendre une décision d’investir comme si l’avantage fiscal n’existait pas, la réduction d’impôt devant être la « cerise sur le gâteau ».

Ce type de produit est de fait présenté à tort comme une solution de défiscalisation. Alors qu’il s’agit d’investissements assortis d’un avantage fiscal. Seul le dispositif Girardin permet de transformer tout ou partie de son impôt en subvention pour participer financièrement au développement économique de l’outre-mer en échange d’une réduction d’impôt toujours supérieure au montant de la subvention réalisée.

Si vous souhaitez bénéficier exclusivement d’une réduction de l’impact financier de votre impôt, un seul dispositif de défiscalisation existe donc : le dispositif Girardin.

2. Le choix de l’opérateur pour réduire son impôt

Obtenir des avantages fiscaux pour autrui avec l’appui du dispositif Girardin est devenu une activité réglementée depuis 2015 et encadrée par l’article 242 septies du Code Général des Impôts.
Si la Girardin est un marché très encadré, il est facile d’établir des comparatifs et d’analyser les solutions proposées par la dizaine d’opérateurs historiques du marché. Ils sont identifiables sur le web avec des mots clef comme girardin industriel ou agricole.

Le but exclusif de la Girardin étant l’obtention d’un avantage fiscal, le choix de l’opérateur est essentiel. Aussi, avant de confier l’optimisation de votre fiscalité à un spécialiste, il nous paraît judicieux de faire appel à un professionnel du conseil pour vous aider à le sélectionner. Celui-ci pourra ainsi faire ses diligences, vous donner un avis critique après avoir vérifié la pertinence des arguments présentés par chaque opérateur.

A condition que celui-ci s’engage en vous fournissant un avis écrit et argumenté. En soi, l’avis oral ne vaut rien. Si le conseil est un vrai professionnel, il s’engagera pour garantir la qualité de son travail et vous bénéficierez d’un avis objectif avant de faire un choix, en toute sérénité.

3. L’avantage fiscal sera-t-il utile ?

Après avoir comparé les arguments juridiques et financiers des divers opérateurs et leur pertinence, compte tenu de votre situation personnelle, il reste une règle qui nous paraît essentielle : l’utilité des investissements aidés. Il ne s’agit pas de donner un chèque en blanc à un opérateur mais d’orienter ses choix « en prenant le contrôle de son impôt ».

Par exemple, dans le cas de la Girardin Agricole de Dom Com Invest, au-delà de l’avantage fiscal qu’il génère, l’apport financier réalisé au profit de l’agriculture guyanaise présente un caractère éthique et solidaire. Grâce à elle, vous orientez tout ou partie de votre impôt vers des populations qui en ont besoin (ici, les Hmong). Et la nature même des investissements, la vitalité de cette communauté et les atouts économiques de la Guyane font que votre choix sera pertinent et couronné de succès. Et, si celui-ci a été décidé en fonction de votre éthique, il n’en sera que plus satisfaisant.

Aujourd’hui, dans un marché à la recherche de sens, ce type de démarche se développe et est promis à un bel avenir. Et, cette approche plus contemporaine de l’optimisation fiscale se construit sur le long terme, indépendamment des avantages fiscaux générés.

Franck Ladrière

Une fois par mois,

Retrouvez les derniers articles parus sur le blog de
Franck Ladrière et ne ratez aucune information
pour réduire l’impact financier de l’impôt

en lui donnant du sens !