Jean Vergnaud : l’exigence du professionnel dans la gestion de patrimoine, interview Par Franck Ladrière

Pour que Dom Com Invest puisse offrir le meilleur service à ses clients, la société doit être composée de véritables professionnels. Faisons connaissance avec, peut être, le plus discret d’entre eux : son co-gérant.

Jean Vergnaud, pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre parcours ?

Je suis banquier de profession et j’ai toujours évolué dans des banques privées (vs. les banques de réseau) comme Lazard, Worms ou la BPE. J’ai achevé ma carrière en tant que directeur général adjoint de la Banque Patrimoine et Immobilier.

Durant toute ma carrière, j’ai occupé des postes très opérationnels, en participant activement au financement de l’économie et de l’immobilier, en particulier dans une logique patrimoniale.

Il est donc évident que les questions d’optimisation fiscale ne me sont pas inconnues, faisant partie intégrante de mon expertise. J’ai donc connu plusieurs facettes dans mon métier de banquier et aujourd’hui je suis passé dans une autre dimension.

Quel lien entre la banque et la Girardin Agricole ?

Naturellement, je connaissais le dispositif Girardin, en particulier dans son volet immobilier. J’avais, à l’origine, une grande réticence face à celui-ci car, pour moi, tout investissement devait avoir avant tout un intérêt patrimonial. Le strict objectif fiscal n’étant pas, à mes yeux, suffisant. Mais, je l’avoue, j’ai nuancé mon avis depuis.

Pourquoi ? Tout d’abord parce que le Girardin Agricole mis en place par Dom Com Invest a du sens : il finance le développement d’une région qui en a besoin et qui a un vrai potentiel. Ensuite, il participe de façon active à l’essor d’une communauté, symbole d’une intégration réussie, les Hmong. Enfin, la possibilité d’orienter ses impôts comme on le souhaite renforce l’intérêt de ce dispositif en apportant une satisfaction personnelle toute particulière.

Et, il est important de souligner que les qualités humaines de Franck Ladrière et ses compétences professionnelles avérées associées à son intégrité ont fini par me convaincre de rejoindre le projet Dom Com Invest.

Quelle est, selon vous, la complémentarité entre ces 2 métiers ?

Auparavant, mes activités m’amenaient à travailler surtout avec des prescripteurs de clientèle (des conseils en gestion de patrimoine et des professionnels de l’immobilier pour l’essentiel) dont nous financions les projets. L’intermédiation ne m’est donc pas inconnue. Aujourd’hui, même si le fonctionnement est similaire, la façon d’aborder la clientèle n’est pas tout à fait la même, puisque Dom Com Invest agit en tant que monteur d’opérations.

A ce titre nous communiquons également avec le client final (en particulier via ce blog). Nous lui délivrons une information de très bonne qualité, complétée par celle de son conseil. Un double canal particulièrement efficace !

Outre vos fonctions de co-gérant, quel est votre apport dans le dispositif Dom Com ?

Par nos échanges, mon expérience et le recul que je peux avoir, je suis un peu comme le coach de Franck, en l’accompagnant dans son quotidien. Je contribue également à m’assurer de la bonne conformité des produits à la réglementation. C’est essentiel pour un ex-banquier comme moi… et pour Dom Com Invest. C’est une garantie fondamentale d’honorabilité pour la société.

Quel conseil donneriez-vous à toute personne intéressée par la Girardin Agricole ?

Ce dispositif spécifique de la Girardin, créé par Dom Com Invest, est une solution simple et directe pour réduire ses impôts et participer activement à l’essor économique d’un département français qui représente plus de 15% de la surface de la métropole.

Nous sommes là dans une véritable logique de développement économique et la notion « donner du sens » prend toute sa valeur. C’est une autre façon de réorienter son impôt en utilisant cette faculté offerte par la loi. Et, face aux difficultés budgétaires récurrentes de l’Etat, ce type de dispositif sera probablement pérennisé voire amené à se développer encore davantage.

C’est une solution performante, ce n’est pas un leurre ou une fausse promesse (il y a un rescrit fiscal) et il est soutenu par une structure solide présente à la fois en métropole et sur le terrain, en Guyane. Si tout cela correspond aux valeurs du client, il n’y a plus à hésiter.

Une fois par mois,

Retrouvez les derniers articles parus sur le blog de
Franck Ladrière et ne ratez aucune information
pour réduire l’impact financier de l’impôt

en lui donnant du sens !