Christophe Ladrière

Comment fonctionne un investissement avec les Hmong ? Décryptage Par Franck Ladrière

Pour chaque projet avec les Hmong, toute une procédure est respectée, de la constitution du dossier à la finalisation de l’investissement au bout de 5 ans. Revue de détail avec Christophe Ladrière en charge de la mise en place et du suivi des opérations en Guyane pour le compte de Dom Com Invest et Franck Ladrière.

Quelles sont vos priorités matière d’investissements effectués pour le compte de  Dom Com Invest ?

Tout d’abord, il faut savoir que les domaines dans lesquels Dom Com Invest apporte son savoir-faire et les apports financiers de ses clients sont de trois ordres : les pistes, les pâturages et les canaux d’irrigation. Des investissements lourds pour assurer le développement et la pérennité de l’exploitation. Et, plus de 80 % des investissements réalisés sont consacrés à la réalisation de pistes, pour accéder aux parcelles. C’est, pour nous, la priorité. Car sans accès, pas de culture !

Chaque piste est subventionnée à hauteur de 30 % environ. Concernant les canaux d’irrigation, cela dépendra tout d’abord de la topographie du terrain. Quant aux pâturages, ce sont naturellement des éleveurs qui en sont les premiers bénéficiaires. Pour vous donner un exemple, le dernier exploitant que nous avons aidé exploite près de 450 hectares et le financement portait sur 85 hectares. Des chiffres sans commune mesure avec ceux de la métropole.

Comment choisissez-vous les investissements à financer ?

Le fait de travailler avec les Hmong, une communauté soudée et homogène, nous facilite le travail. Nous effectuons tout d’abord un tour de table avec des exploitants pour leur présenter le principe. Puis ils nous recontactent et nous présentent leur projet et la nature des travaux d’aménagement à effectuer. Nous étudions le dossier, nous envoyons un contrôleur sur place puis nous transmettons à Dom Com Invest l’ensemble des informations pour qu’une décision de financer, ou non, son projet puisse être prise. Pour vous démontrer le sérieux des Hmong, il y a seulement 10 % des dossiers qui sont refusés par Dom Com Invest. Ils préparent très bien leur demande au préalable par rapport aux exigences demandées.

Quelles sont les exigences de Dom Com Invest ?

Tout d’abord, Dom Com Invest nous demande de faire respecter scrupuleusement un cahier des charges car les travaux ne sont pas tous éligibles au dispositif comme l’a confirmé la position formelle de la Direction de la Législation Fiscale en février 2017. Ensuite, la nature des travaux doit être bien préparée, notamment en fonction du terrain. Les sommes à investir peuvent varier selon la difficulté et il faut bien anticiper ce point.

Enfin, en accord avec les directives de l’administration fiscale et de Dom Com Invest, nous devons disposer de plusieurs devis de sociétés qui sont en mesure d’exécuter les travaux. Sans oublier que l’exploitant doit respecter un certain nombre d’obligations annuelles dont notamment être à jour de ses cotisations sociales et obligations fiscales.

Nous assistons ces exploitants agricoles en Guyane dans le cadre de l’exécution de leurs accords avec Dom Com Invest et en général pour l’accompagnement de leurs besoins de financement de leur exploitation, sur le long terme, et nous ne pouvons pas nous permettre des décisions à la légère.

Quel est votre travail, une fois l’investissement réalisé ?

Nous suivons le projet pendant toute la durée de l’exploitation, c’est-à-dire 5 ans. Nous effectuons régulièrement une visite sur place car il faut s’assurer que celui-ci a été réalisé dans les règles et qu’il est entretenu correctement pour assurer à Dom Com Invest et ses clients une bonne fin fiscale de leur investissement.

De toutes les façons, les Hmong ont bien compris l’importance d’une gestion rigoureuse. Il n’est pas rare qu’un même exploitant dépose plusieurs dossiers. Le partenariat entre eux et nous s’effectue donc bien dans la durée.

Franck Ladrière

Une fois par mois,

Retrouvez les derniers articles parus sur le blog de
Franck Ladrière et ne ratez aucune information
pour réduire l’impact financier de l’impôt

en lui donnant du sens !